Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 12 juillet 2012

Groupe Edmond de Rothschild, magnifique dauphin de la Krys Ocean Race

Krys Ocean Race Multi70 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Les chiffres parlent d'eux-mêmes pour décrire la traversée exceptionnelle que les trois premiers MOD 70 de la Krys Ocean Race viennent d'accomplir. A quelques heures de leur départ de New York le 7 juillet dernier, les routages envisageaient des temps record pour avaler les 2 950 milles théoriques du parcours et les marins l'ont fait. En franchissant la ligne d'arrivée, située à l'entrée de la rade de Brest, ce jeudi 12 juillet, à 15h 19 minutes et 49 secondes, Sébastien Josse et ses cinq équipiers s'adjugent la deuxième place de l'épreuve. Le trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild boucle ainsi cette transatlantique d'Ouest en Est en 4 jours 22 heures 19 minutes et 49 secondes, à un peu plus d'une heure du vainqueur Spindrift Racing, soit une moyenne 28,02 nœuds sur les milles réellement parcourus. Le skipper de Groupe Edmond de Rothschild signe par cette performance une belle entrée dans le monde du multicoque océanique.

Les premiers mots de Sébastien Josse, skipper de Groupe Edmond de Rothschild

« Avant de parler de la course, je veux remercier ceux qui nous permettent de faire de telles traversées. Je remercie Ariane et Benjamin de Rothschild de leur confiance et de m'avoir choisi pour barrer Groupe Edmond de Rothschild. Je suis le bizuth de cette classe mais le Gitana Team et toute l'équipe technique qui travaille sur le projet ont su m'entourer de toute leur expérience pour que nous parvenions à ce résultat.»

Une première en course, en multicoque sur l'Atlantique

« Ma première traversée de l'Atlantique en multicoque était humide, très humide et incroyablement intense ! Nous n'avons pas eu un moment, il n'a jamais fallu lâcher du début à la fin. Cette course a réclamé un engagement à 200 % pour tout le monde avec des conditions de vie compliquées à bord. J'ai un super équipage ; je le savais déjà avant de partir mais ces cinq jours n'ont fait que confirmer tout le bien que je pense des cinq garçons qui m'ont accompagné sur cette course. Ce n'est pas rien car à bord, nous étions trois à n'avoir jamais fait une transat en multicoque en course. Je suis très fier de mon équipage.»

La deuxième place

« C'est un bon début : c'est une belle place pour une première, nous sommes très heureux à bord ! Nous avons su tenir la pression mise sur nos épaules par Foncia et ce quasiment pendant toute l'épreuve. Ils sont revenus très près – à 4 milles - mais personne n'était décidé à lâcher. C'est une énorme satisfaction car la bataille entre nos deux équipages a été dure. Nous n'avons pas de regrets car même si nous avions bien vu la route empruntée par Spindrift, nous la trouvions trop risquée. Déjà à notre position, nous avons essuyé une mer mauvaise et je savais que plus au Nord les conditions seraient pires. Je ne voulais pas amener mon équipage dans ces conditions. Ils ont osé et cela leur permet de gagner : bravo à eux, ils font une très belle trajectoire. »

Des avaries à signaler

« Oui, nous avons fait quelques cachoteries car depuis hier après-midi nous avons constaté que notre foil bâbord, celui sur lequel nous sommes en appui depuis le départ, était délaminé. Dans un premier temps, cette découverte nous a porté un bon coup au moral car il nous fallait ralentir sous peine de le casser. Mais comme nous étions proches de l'arrivée et avec l'aval de Cyril (Cyril Dardashti, Directeur Général du Gitana Team, ndlr), nous avons pris la décision de tenter le coup. Nous avons remis du charbon et défendu notre deuxième place jusqu'au bout. Le foil est en mauvais état mais il a tenu et c'est fantastique. »

Les conditions météos

« Dures mais efficaces. Nous sommes partis de New York avec un système météo et nous arrivons à Brest avec lui, d'où nos temps de course. Nous avons fait tout le parcours tribord amure, en route directe. C'est incroyable. Globalement, nous avons eu des conditions météos musclées avec un vent de Sud-Ouest qui est rarement descendu sous la barre des 20 nœuds. La journée la plus difficile de la traversée a été celle de lundi. Il y a avait beaucoup de mer car nous étions au plus près du noyau de la dépression. On s'est un peu demandé ce que l'on faisait là, mais pas longtemps. Mener ces multicoques à grande vitesse ça signifie être toujours sur le fil du rasoir. Nous avons fait quelques beaux plantés, les trois safrans dehors mais je pense que cela a été le cas sur tous les bateaux. La nuit dernière, du fait de notre foil abîmé, nous avons fait une très belle figure de style et le moment avant que le bateau ne retrouve sa position « normale » a été très long. Je dormais dans ma bannette et je me suis retrouvé debout sur la cloison. Nous flirtons avec les limites mais cela fait partie du jeu. Le bateau s'est offert un nouveau record de vitesse avec une pointe à 40,7 nœuds ; c'est Florent Chastel qui barrait. »

Retour sur les conditions d'une telle traversée

Le 7 juillet dernier, la flotte des cinq MOD 70 s'élançait au pied de la Statue de la Liberté, direction Brest. Le schéma météo qui s'installe sur l'Atlantique Nord s'annonce parfait pour exprimer le potentiel de vitesse des trimarans. En effet, un front dépressionnaire est installé sur l'Estuaire du Saint-Laurent et devrait permettre de réaliser la traversée sur un seul bord !

Malgré une sortie de l'Hudson River délicate, du fait des vents faibles et instables qui règnent au Sud de Manhattan le samedi 7 juillet en fin de matinée, Groupe Edmond de Rothschild et ses quatre adversaires sont dans le bon timing et parviennent à se placer à l'avant d'un front froid qui prend le chemin de l'Europe à plus de 25 nœuds. Propulsé à grande vitesse par ce système météorologique, les trente marins de la Krys Ocean Race sont partis pour une traversée infernale. Dans des conditions de mer difficile et des vents musclées – au plus fort de la dépression dans la journée de lundi, Sébastien Josse et ses hommes ont relevé des vents moyens de 30-35 nœuds et des creux de 4,5 mètres – les trimarans monotypes alignent des vitesses moyennes de 30 nœuds. A bord, l'humidité règne en maître et les temps de sommeil sont très limités.

Les MOD 70 attendus à Brest demain après-midi

En franchissant la ligne d'arrivée ce jeudi après-midi à l'entrée de la Rade de Brest, le trio de tête a déjoué tous les pronostics et arrive au large de la Cité du Ponant avec 24 heures d'avance sur le timing prévu par les organisateurs. Ainsi, les MOD 70 ne pourront faire leur entrée dans le port du château, au cœur des grandes fêtes maritimes brestoises, que demain après-midi. Sans chercher à polémiquer, le skipper de Groupe Edmond de Rothschild nous exprimait son étonnement face à une telle situation : « Je veux bien comprendre qu'il y ait des impératifs à terre mais pour nous sur l'eau cette décision est difficile à accepter. Nous venons de passer cinq jours en mer, nous sommes rincés au sens propre comme au figuré. Nous avons deux bannettes pour six, donc impossible de dormir et nous devrons encore patienter 24 h avant de mettre le pied à terre.»

Les temps du podium de la Krys Ocean Race

1. Spindrift Racing

Arrivé le jeudi 12 juillet, à 14h 08 minutes et 37 secondes après 4 jours 21 heures 08 minutes et 37 secondes / vitesse moyenne sur l'orthodromie : 25,3 nœuds

2. Groupe Edmond de Rothschild

Arrivé le jeudi 12 juillet, à 15h 19 minutes et 49 secondes après 4 jours 22 heures 19 minutes et 49 secondes / vitesse moyenne sur l'orthodromie : 25,06 nœuds / vitesse moyenne sur le fond : 28,02 noeuds

3. Foncia

Arrivé le jeudi 12 juillet, à 15h 47 minutes et 57 secondes après 4 jours 22 heures 47 minutes et 57 secondes / vitesse moyenne sur l'orthodromie : 24,96 nœuds

L'équipage de Groupe Edmond de Rothschild

Sébastien Josse (skipper, barreur)

Antoine Koch (navigateur - barreur)

Christophe Espagnon (régleur - barreur)

David Boileau (régleur - barreur)

Thomas Rouxel (régleur - barreur)

Florent Chastel (n°1)

Nouveautés, pour suivre toute l'actualité du Gitana Team

Fil Twitter : #GitanaTeam

Chaîne YouTube : gitanateam

Partager cet album photo