Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 06 juillet 2012

Vers une première transat express et musclée

Krys Ocean Race Multi70 Edmond de Rothschild Sébastien Josse

« Ce sera une transat rapide » : le mot est lâché ! A moins de 24 heures du départ de la Krys Ocean Race, Sébastien Josse et son navigateur, Antoine Koch, règlent les derniers détails de la course qui les attend. Une traversée d'Ouest en Est qui mènera le trimaran de 70 pieds Groupe Edmond de Rothschild et les quatre pionniers de la classe MOD au coeur des grandes fêtes maritimes des Tonnerres de Brest. En cette veillée d'armes, l'équipage du Gitana Team savoure ces dernières heures de terriens car Sébastien Josse et ses hommes savent que les prochains jours ne seront pas de tout repos.

Les chasseurs de records, qui s'alignent depuis des années sur cette mythique traversée de l'Atlantique d'Ouest en Est, ont pour habitude de raser les bancs de Terre-Neuve pour rejoindre le vieux continent. C'est, en effet, en empruntant ces coins peu hospitaliers qu'ils peuvent s'approcher au plus près de la fameuse route orthodromique ; la plus courte. Pour la flotte des MOD 70, qui s'élancera samedi à 11h (heure locale *) de New York, les prévisions augurent d'une transat express mais pour autant, les trente marins en lice ne devront pas hésiter à allonger un peu le chemin pour profiter de conditions optimales : « Pour l'instant, c'est plutôt venté du début à la fin et mêmes les routages les plus pessimistes nous font traverser en moins de six jours. Nous cherchons à étudier tous les cas, ceux où nous ne parvenons pas à attraper le système que nous visons … A 24 heures du départ, il semblerait que la route orthodromique (la plus courte, ndlr) ne soit pas celle qu'il faille privilégier. Effectivement, les routages s'accordent très bien sur la première moitié du parcours sur une trajectoire assez Sud pour débuter mais peut être faudra t-il un peu grimper dans le Nord sur la fin. Le routage le plus optimiste nous indique un parcours d'environ 3 100 milles et le plus pessimiste 3 450 milles, quand la route directe est d'environ 3 000 milles » nous détaillait Sébastien Josse.

De son côté, Antoine Koch, qui est plus particulièrement en charge de la navigation à bord de Groupe Edmond de Rothschild, nous déroulait le schéma météorologique de cette Krys Ocean Race : « Nous devrions quitter les Etats-Unis avec une dépression qui est déjà formée dans l'Estuaire du Saint-Laurent et nous devrions partir en avant de son front chaud. C'est toute la difficulté du timing. Si nous arrivons à rester devant ce front chaud, ce sera une transat rapide et relativement simple d'un point de vue météo. En effet, la dépression est assez creuse et elle va casser l'anticyclone des Açores. Le fait que l'anticyclone soit repoussé dans le Sud va nous permettre de faire une trajectoire assez Sud et plutôt rectiligne. Par contre, si on se fait rattraper et cela se jouera à peu de chose, ça peut devenir beaucoup plus compliqué. Cette dépression est, en effet, caractérisée par un long front froid, qui est parallèle aux isobares, et le long duquel vont se former des petites dépressions secondaires. Dans celles-ci il pourrait ne pas y avoir de vent au Nord et inversement beaucoup d'air au Sud »

A quelques heures du départ, si les navigateurs se concentrent encore sur le meilleur sillage à tracer pour rejoindre la pointe Bretagne et arriver à Brest avec les honneurs, ils mesurent combien les jours de navigation qui s'annoncent seront sportifs et difficiles tant pour les hommes que pour les machines : « Nous devrions peu manœuvrer, beaucoup de tribord amure en perspective, mais aussi peu dormir. La tendance est au vent medium à fort avec 80 % du parcours réalisé à plus de 20 nœuds de vent, dont un passage d'une quinzaine d‘heures où nous pourrions avoir à faire le dos rond avec plus de 35 nœuds. Ce qui signifie des vitesses souvent autour des 30 nœuds car nous serons au portant. Ce sont des allures délicates avec nos trimarans et les prises de risques seront bien présentes. Il faudra être particulièrement vigilant et ne pas hésiter à ce qu'il y ait beaucoup de rotations de barreurs pour garder en permanence la lucidité et la concentration requise. Les conditions attendues vont nous amener à aller chercher les limites de nos bateaux car nous sommes en course. Mes équipiers sont rodés, nous naviguons ensemble depuis plus d'un an et sur ce bateau spécifiquement depuis près de six mois ; J'ai une grande confiance en eux » soulignait le skipper de Groupe Edmond de Rothschild.

Demain, samedi, le trimaran armé par le Baron Benjamin de Rothschild quittera son ponton de North Cove Marina vers 9 heures (heure locale*) pour se préparer sereinement au coup de canon qui sera donné à 11 heures (soit 17 heures en France) non loin de la Statue de la Liberté. D'ici là, les marins profitent de leurs derniers moments à terre. Certains s'offrant une dernière visite de New York et d'autres préférant emmagasiner quelques heures de sommeil : « Nous sommes en parc fermé depuis que nous sommes arrivés à New York, Groupe Edmond de Rothschild est donc fin prêt depuis des jours. Personnellement, je vais profiter de mon après-midi pour m'isoler un peu et repasser tranquillement les scénarii du début de course. Il faudra bien avoir en tête le schéma météo mais aussi les changements de voiles qui interviendront dans les premières heures. Comme il y aura peu de tactique, ces manœuvres et nos choix de voilure seront extrêmement importants. Les premières heures de course vont être capitales pour bien se placer en avant du front. Il faudra d'une part être le premier à toucher le vent et surtout choisir sa latitude pour être bien positionné. Ce début de traversée sera assez tactique et il faudra être tout de suite dans le vif du sujet car après nous nous dirigeons vers une course de vitesse» concluait Sébastien Josse.

L'équipage de Groupe Edmond de Rothschild

Sébastien Josse (skipper, barreur)

Antoine Koch (navigateur - barreur)

Christophe Espagnon (régleur - barreur)

David Boileau (régleur - barreur)

Thomas Rouxel (régleur - barreur)

Florent Chastel (n°1)

Le programme de la Krys Ocean Race

Samedi 7 juillet (11h locale, 17h France) : DEPART DE LA KRYS OCEAN RACE

Jeudi 12, Vendredi 13 juillet : premières ETA possible à Brest

Samedi 14 juillet (20h) : Remise des prix de la Krys Ocean Race

Lundi 16 juillet (10h – 17h) : Brest City Race (2 manches programmées)

Jeudi 19 juillet (10h) : Parade de clôture des Tonnerres de Brest

Nouveautés, pour suivre toute l'actualité du Gitana Team

Fil Twitter : #GitanaTeam

Chaîne YouTube : gitanateam

Partager cet album photo