Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 08 novembre 2019

Slalom alizéen aux abords du Cap Vert

Brest Atlantiques Maxi Edmond de Rothschild Franck Cammas Charles Caudrelier

Trois jours seulement après son départ de la pointe bretonne, la tête de flotte de la Brest Atlantiques croise, ce vendredi, au large de l'archipel du Cap Vert et enregistre déjà plus de 2 000 milles au compteur. Si les premières heures de course ont été très engagées dans un golfe de Gascogne démonté, la régate a rapidement repris ses droits. Les conditions météorologiques du moment, un flux de Nord-Est oscillant entre 10 et 16 nœuds, offrent une descente de l'Atlantique pour le moins stratégique et par conséquent passionnante. À 16h, le Maxi Edmond de Rothschild conforte son leadership et enregistrait 64 milles d'avance sur son dauphin, Macif.

Un alizé essoufflé et des dévents

Depuis 24h, le Maxi Edmond de Rothschild et ses trois concurrents composent avec un alizé de Nord-Est peu soutenu. Le flux oscille entre 10 et 15 nœuds, faisant varier d'autant la courbe de vitesse des géants, tandis que des grains nombreux viennent également se mêler à la fête : « la météo n'est pas stable et Franck et Charles doivent faire face à beaucoup d'oscillations de vent en force et en direction », notait Marcel Van Triest. Un scénario météo qui s'avère délicat à gérer pour de telles machines, comme l'expliquait Franck Cammas : « Les nuits sont compliquées depuis deux jours ! La nuit dernière nous avons été arrêté avec une longue période de petit temps. Il y avait beaucoup d'ados et de refus de 30 à 40° que l'on ne pouvait pas exploiter. Avec nos bateaux, les manœuvres sont trop longues pour pouvoir réagir à des variations trop rapides. Entre le début et la fin d'un empannage par exemple il se passe 15 à 20 minutes. » 

 

Autre paramètre qui revêt une certaine importance dans ce schéma : « Le flux est également perturbé par le dévent des îles canariennes puis prochainement le dévent de l'archipel du Cap Vert. Cela est très visible sur les photos satellites sur lesquelles nous nous appuyons dans notre routage » précisait Marcel. 

« Belle régate à l'échelle océanique »

Au classement de 16h, le Maxi Edmond de Rothschild conforte un leadership acquis hier au petit matin. Le dernier-né des Gitana compte 64,8 milles d'avance sur Macif et 181,9 milles sur Sodebo Ultim. Actual Leader pointe quant à lui à 354,3 milles du tableau arrière du maxi-trimaran bleu. Des chiffres qui témoignent, si besoin était, que le match est serré et que la régate bat son plein au large du Cap Vert : « On savait que ça serait comme ça ! Avec ces bateaux qui vont à 30 nœuds, 100 ou 200 milles ne sont pas des très grands écarts... La nuit dernière entre deux classements, on a vu des écarts de vitesse de bateau de l'ordre de 10 nœuds. Avec de tels deltas, les écarts se font et se défont très vite. Nous sommes très contents de pouvoir jouer comme ça avec Macif, qui demeure la référence. François connaît parfaitement son bateau, il sait aller vite tout le temps. Être devant, c'est encore mieux, mais ce n'est que le début de la course. Donc aucune conclusion à tirer de cette position pour le moment », glissait Franck Cammas lors de la première liaison officielle avec l'organisation, qui se tenait ce vendredi midi à Paris, à la maison de la Bretagne.

 

Cette « appréciation d'échelle » était également un sentiment partagé par le routeur météo du Maxi Edmond de Rothschild, comme il nous le confiait quelques heures plus tôt : « Avec ce type de trimarans, ce qui est très intéressant c'est le côté XXL, même avec les classements. D'un classement à l'autre tu peux perdre - ou gagner - 30 à 40 milles. Il faut s'y habituer ! », lâchait un Marcel Van Triest amusé. 

Le Pot-au-Noir et l'équateur au menu du 1er week-end

Sur l'échiquier atlantique, il faut comprendre que le placement effectué par les équipages hier avait pour but de se positionner dans la perspective de la traversée du fameux Pot-au-Noir. Cette zone de basses pressions, classiquement située de part et d'autre de l'équateur, et qui s'étend d'Ouest en Est entre l'Amérique Latine et l'Afrique, est toujours crainte par les navigateurs car elle est réputée piégeuse, comme cela s'est encore vérifié récemment sur la Transat Jacques Vabre pour les Imoca... «  Notre route actuelle est une question de compromis pour la suite » expliquait le routeur météo : « En ce moment, on préfèrerait être plus à l'Ouest pour ne pas subir les dévents des îles (Canaries, Cap Vert...) mais pour la sortie du Pot-au-Noir c'est généralement mieux d'être plus à l'Est, d'où le compromis à trouver.»

 

Pour Charles Caudrelier et Franck Cammas, l'entrée dans la Zone de Convergence Intertropicale, le nom plus « scientifique » de la zone, devrait intervenir demain dans l'après-midi tandis que le duo d'Edmond de Rothschild pourrait franchir l'équateur 24 heures plus tard. Un timing, qui s'il se confirme, pourrait donner des temps de passage plus qu'intéressants ! Mais d'ici là, il faudra négocier les affres du Pot-au-Noir et s'extraire de ses griffes, que les marins savent coriaces. 

=> VIDEO DU JOUR, PAR YANN RIOU / Ménage à trois

Le Maxi Edmond de Rothschild est un trimaran high tech taillé pour les courses, précurseur de la nouvelle génération des maxis volants... Mais pour nos trois marins du bord, il n'en reste pas moins un espace de vie où de simples tâches du quotidien peuvent prendre des allures de casse-tête chinois. Pour se détendre avant le week-end, Yann Riou - notre mediaman - nous offre, non sans humour, l'une de ces scènes de vie.

 

 

Classement du vendredi 8 novembre 16h   

1. MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD (Franck Cammas / Charles Caudrelier / Yann Riou) - distance au but : 11 690  milles  - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 28,7 nœuds

2. MACIF (François Gabart / Gwenolé Gahinet / Jérémie Eloi) - 64,8 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 29,6 nœuds

3. SODEBO ULTIM 3 (Thomas Coville / Jean-Luc Nelias / Martin Keruzoré) - 181,9 milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 17,8 nœuds

4. ACTUAL LEADER (Yves Le Blevec / Alex Pella / Ronan Gladu) - 354, 3milles du leader - vitesse moyenne sur les dernières 30 min : 30,4 nœuds

Partager cet album photo






Articles suggerés