Envoyer cette page à un ami






Retour aux actualités 05 novembre 2018

Le Maxi Edmond de Rothschild attendu à La Corogne entre 21 et 23 heures

Route du Rhum Destination Guadeloupe Maxi Edmond de Rothschild Sébastien Josse

Les incroyables images du Maxi Edmond de Rothschild volant vers le Cap Fréhel semblent déjà très loin. Auteur hier d'un magnifique départ, qui restera longtemps dans les annales de la course au large, Sébastien Josse prévenait son équipe à terre en fin de nuit d'une avarie majeure survenue sur le dernier-né des Gitana. Alors qu'il menait la flotte et avait profité de cette première nuit agitée pour distancer ses plus proches poursuivants - 28 milles d'avance sur François Gabart sur la cartographie et près de 40 milles dans la réalité... - le skipper du Gitana Team a connu un arrêt buffet à la suite duquel il a malheureusement découvert que près de 8 mètres de son flotteur tribord s'était arraché. Après avoir sécurisé le Maxi, Sébastien fait route à petite vitesse vers la Corogne qu'il devrait atteindre entre 21 et 23 heures ce lundi.

8 mètres d'étrave arrachés

Ce lundi à 5h38, le téléphone de Cyril Dardashti sonnait. Ces appels nocturnes venus du large sont malheureusement rarement porteurs de bonnes nouvelles. Au bout de son téléphone satellite, Sébastien Josse avertissait son team manager qu'il était victime d'une avarie majeure, synonyme de fin de course pour l'écurie aux cinq flèches. «  Le flotteur tribord est très endommagé, il manque près de 8 mètres en avant du bras. Sébastien était parti plutôt prudemment et il était dans le tempo fixé avec sa cellule routage. Ce sont des bateaux qui vont vite, les vitesses sont toujours impressionnantes, mais le rythme de course était maîtrisé. Il n'y avait pas de souci technique à bord, Sébastien venait de faire une sieste… Il était bien et prêt pour la suite du programme.»

Le Maxi Edmond de Rothschild attendu ce soir en Espagne

Très rapidement après l'annonce de l'avarie, l'équipe technique s'est retrouvée à Lorient, à la base Gitana. Autour de la cellule météo, en liaison permanente avec le bord, Cyril Dardashti et Pierre Tissier, directeur technique du team, ont lancé les opérations de la récupération du marin et de son bateau.

« Notre préoccupation première est le marin.  Une fois que l'on sait que lui va bien nous nous soucions du bateau. En l'occurrence dans ce cas, Sébastien allait bien et était très lucide quand à la démarche à suivre.  Il a pris toutes les dispositions pour ralentir le bateau, réduit la toile au deuxième ris pour rejoindre La Corogne en toute sécurité car il y a encore beaucoup de mer, entre 4 et 5 mètres, et 30 nœuds de vent. Il faut donc être relativement prudent. Le but étant d'éviter la dépression qui va se muscler mardi matin dans la zone. »

Dès ce matin, deux membres de l'équipe technique avaient pris la route en direction de la pointe espagnole et depuis le milieu d'après-midi le reste du team est en place à La Corogne pour préparer l'arrivée du Maxi et de son skipper.

 La sécurité avant les explications

«  Bien sûr c'est très dur... la déception est immense tant pour Sébastien que pour l'équipe et sortir prématurément d'une course que l'on a tant préparé n'est jamais facile à accepter surtout quand on a toutes les cartes en main pour bien figurer. Mais aujourd'hui, notre seule et unique préoccupation est de mettre Sébastien et le Maxi à l'abri avant la grosse dépression qui balayera le golfe de Gascogne et le Nord-Ouest de la péninsule ibérique dès demain matin. Il n'y a pas de danger immédiat même si la mer est forte mais le bateau a perdu de son équilibre et de sa manœuvrabilité sans compter que le flotteur a chargé beaucoup d'eau ce qui ajoute quelques tonnes à la plateforme... Pourquoi cela survient, que s'est-il exactement passé ? Honnêtement, nous ne pensons pas qu'il y ait eu de choc avec un objet flottant. C'est le flotteur au vent qui est parti. Pour l'instant, on n'a pas d'explication.  Mais nous aurons le temps de tout analyser par la suite »  concluait Cyril Dardashti.

Compte tenu de l'ampleur des dégâts, l'abandon du Maxi Edmond de Rothschild dans la Route du Rhum - Destination Guadeloupe n'est plus qu'une question de formalité administrative, ce qui sera chose faite une fois que le bateau et le skipper auront rejoint la terre ferme.

Partager cet album photo






Articles suggerés